Site internet | Observatoire de l'agriculture urbaine et de la biodiversité

Site internet | Observatoire de l'agriculture urbaine et de la biodiversité

L’Observatoire de l’agriculture urbaine et de la biodiversité en Ile-de-France propose non seulement de connaître les pratiques des jardiniers urbains mais aussi, avec le développement d’indicateurs de la biodiversité, d'aider les décideurs publics et privés à mieux intégrer les enjeux de l’agriculture urbaine.

Des indicateurs évaluent les fonctions remplies par celle-ci à travers cinq grands axes :

  • le maintien ou la création de corridors écologiques à l’échelle locale (quartier, parcelle)
  • le maintien ou la restauration d’une biodiversité cultivée et de savoir-faire locaux
  • la création d’habitats favorables pour les espèces locales
  • le maintien ou la restauration des processus écologiques du sol (fertilités, cycles biogéochimiques, cycle de l’eau, maintien de la structure, perméabilité, activité bactérienne)
  • la réduction de l’empreinte écologique: consommation de ressources naturelles, eau, énergie, intrants organiques et inorganiques, circuits de distributions, déchets, denrées alimentaires et leurs flux respectifs

A toutes ces fonctions écosystémiques s’ajoute une autre particularité de l’agriculture à fort impact environnemental : la réduction de l’empreinte écologique des villes.

Il faut cependant nuancer ce constat si l’on considère la palette très large et variée de ce mouvement en terme de techniques employées. De la plus traditionnelle à la plus sophistiquée, certaines peuvent ainsi s’avérer très gourmandes en énergie et en eau (ex. des fermes LUFA) et ne générer du même coup que peu d’économie en matière de flux énergétiques...  .

Pour être qualifié d’écologique, l’agriculture urbaine doit également être pensée dans un cycle de vie des matériaux (de l’origine des ressources jusqu’à leur fin de vie), car chaque étape est susceptible de générer des pollutions.

Il est possible donc d’évaluer chaque projet d’agriculture urbaine et son empreinte en analysant les flux de matière entrant / sortant du système et en analysant le métabolisme généré par le jardin. C’est que propose l’Observatoire avec une autre série d’indicateurs qui portent notamment sur la quantification des flux organiques et inorganiques apportés au jardin, le cycle de l’eau et les techniques d’arrosage utilisées, la quantité de compost produit par mois ou par an, le pourcentage de matériaux recyclés incorporés au projet….

informations complémentaires
Catégorie de la ressource: 
Ressources pédagogiques
Année de la ressource: 
2014
Contact: 
Chargé de mission agriculture urbaine
01 77 49 76 20
randomness