Une orchidée disparue redécouverte en île-de-France !

La vallée du Petit Morin n’a pas fini de réserver des surprises. Une espèce d’orchidée que l’on pensait disparue de la région depuis plus de 30 ans a été retrouvée par Laurence Beauchamp et Thierry Roy le 24 avril dernier dans deux prairies de la commune de Sablonnières, l’une fauchée et l’autre paturée : l’Orchis grenouille Dactylorhiza viridis. Cette station compte actuellement  plus de 50 pieds répartis à peu près également entre les deux parcelles.

Orchis grenouille © Thierry Roy |

Les principales populations se trouvent dans les chaînes du Jura, des Alpes et des Pyrénées où l’espèce n’est pas rare. De ce fait, elle n’est pas considérée comme en voie de disparition à l’échelle de la France, mais y est jugée « quasi menacée » selon les critères de l’UICN. Car en plaine, l’Orchis grenouille a régressé ou disparu partout : comme de nombreuses espèces d’orchidées, elle dépend d’un substrat plutôt pauvre en nutriments.  Or la généralisation de la fertilisation des prairies depuis les années 1960 a rendu la majorité d’entre elles inhospitalières pour l’espèce – lorsque, bien sûr, les prairies ne disparaissaient pas tout court, retournées pour être mises en culture.

La dernière trace de présence de l’espèce en Île-de-France provenait de la commune de Vieille-Eglise-en-Yvelines, où quelques pieds avaient encore été observés en 1986 en bord de route. En Seine-et-Marne, la dernière observation remonte à l’année 1936, dans une prairie humide de Villemareuil. Dans le département voisin de la Marne, l’espèce était encore présente en 2006 au moins, à une quarantaine de kilomètres à l’est de la station découverte dans le Petit Morin.

La vallée du Petit Morin est un joyau des campagnes franciliennes, car elle a été relativement épargnée par l’uniformisation des paysages consécutive à l’ultra spécialisation des productions agricoles. On y trouve encore un grand nombre de prairies, car les activités de polyculture élevage y perdurent. L’extension prochaine du périmètre du site Natura 2000 et la création très attendue du Parc Naturel Régional Brie des deux Morin – dont le dossier a été transmis ce printemps par la Région à la Préfecture de région – aideront les habitants de la vallée à faire perdurer des activités agricoles favorables à la biodiversité.

Contact: 
Chargé de mission naturaliste
01 77 49 76 65